Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Alexandre BAIN vigneron à Pouilly Fumé
  • : L'ensemble de notre vignoble est cultivé selon la méthode biologique et biodynamique. Les terroirs les plus fragiles sont labourés à l'aide de notre cheval de trait percheron. Tous nos raisins sont cueillis à la main et à bonne maturité. Nous poursuivons ce travail de respect de l'environnement au chai en travaillant essentiellement avec du jus de raisin fermenté sans l'ajout de produit oenologique. Nous obtenons des vins natures, authentiques, sains et digestes pour le dégustateur.
  • Contact

Recherche

Archives

25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 19:00
Le domaine sera présent à Deauville pour la 9 ème Dive Bouteille.
Une centaine de vignerons et de grands chefs seront présent les 11 et 12 février 2008 pour présenter leurs produits aux visiteurs-gastronomes.
Renseignements sur www.omnivore.fr ou sylaugereau@wanadoo.fr
Au plaisir de vous rencontrer.
AB
Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Dégustations - Salons
commenter cet article
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 18:44

En collaboration avec Sébastien Riffault (vigneron à Sancerre, vous le connaissez maintenant !), nous organisons un stage d'initiation à la traction animale. L'objectif est de découvrir les joies du travail agricole et viticole avec l'aide d'un cheval de trait.
Ce stage se déroulera à Boisfleury les 26-27-28 mars 2008
Olivier Cousin et Jean Louis Canelle viendront encadrer le stage avec leurs chevaux.
Oronce de Beler et Bernard Michon nous présenteront leurs matériels de travail du sol.
Ce stage peut être pris en charge par VIVEA.
N'hésitez pas à demander plus d'infos!
Contacts :
Sébastien Riffault 06 09 63 48 35
Alexandre Bain 06 77 11 13 05

Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 09:58
Un nouveau livre vient de sortir sur le vignoble de Pouilly sur Loire.
Il retrace l'histoire du vignoble, nous décrit la géologie des sols et le climat, nous présente le cépage sauvignon (appelé blanc-fumé sur Pouilly) et le métier de vigneron. Il est illustré de nombreuses photos de paysages, vignerons, etc...
Ce livre est en vente au prix de 34 € aux Editions Terres en Vues.
Vous aurez plus d'infos sur le site du syndicat de Pouilly :
http://www.pouilly-fume.com/pouilly.html
Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Divers
commenter cet article
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 14:15
La saison du vigneron n'est jamais terminée.

Après les vendanges, quand le travail en cave est terminé, je retourne travailler dans mes vignes.
Au programme : le buttage

La période d'après-vendange fut favorable cette année pour effectuer ces travaux de buttage.
D'abord une phase descendante du cycle de la Lune  et une longue période sèche sans pluie : condition idéale.
Le travail de buttage (on dit aussi chaussage de la vigne) a pour but de cacher les pieds de vigne avec de la terre (protection contre le froid hivernal et dispersion de l'humidité en excès), d'aérer la terre (favorable aux micro-organismes du sol), d'enfouir les feuilles et l'herbe (formation de compost nourricié du sol et de la vie du sol).
Il est pratiqué à l'automne ou au printemps au moyen d'une charrue vigneronne (appelée aussi buttoir).

Je préfère celui d'automne car l'action du gel et du dégel assouplit la terre et la rend douce et plus facile à travailler. De plus la terre protège les ceps de vigne contre le froid.

Habituellement, après les vendanges, il tombe de grande quantité de pluie ce qui rend le travail du sol difficile. On doit donc trouver une fenêtre météo favorable au travail du sol. Mais en plus, l'utilisation du tracteur tasse la terre  lors de son passage ce qui est vraiment défavorable à la micro-faune du sol et à un bon enracinement de la vigne. Sur le tracteur-enjambeur, le buttoir est placé entre les deux roues, les deux roues arrières roulent au fond de la raie creusée par les buttoirs ce qui amplifient le tassement des sols.
210-2-traces.JPG
Ci-contre, buttage hivernal avec un tracteur-enjambeur en Cote d'Or.










Sur l'exploitation, je pratique le buttage automnal avec mon cheval percheron.
Il s'appelle Phénomène, il a 4 ans et est beaucoup plus musclé que ma jument Diva que vous connaissez déjà. Il est aussi  plus calme alors qu'il n'a que 4 ans!
DSC00611.JPG
Voici Phénomène au travail et  au repos.











Le travail au cheval est très plaisant et le tassement du sol est négligeable.
Avec un cheval, on se rend davantage compte des dégâts causés par les tracteurs lors des passages répétés tout au long de l'année viticole. 
DSCF0012.JPG
Buttage hivernal en compagnie de Sébastien  dans "les grandes hâtes".

Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 11:45
Après plusieurs mois sans vous donner de nouvelles, me revoilà sur la toile du net.
Les vendanges se sont déroulées le week-end du 22 et 23 septembre.
Avec l'aide des copains et de la p'tite famille, nous avons ramassé de jolis raisins bien mûrs, dorés, bien équilibrés.
DSC00798.JPG
Ici Pauline, Hélène et Julien managé par Jojo le hotteur.
A noter, le sol caillouteux calcaire appelé "caillotes".
Ce sont des sols pauvres et très filtrants, nés il y a 135 millions d'années (Portlandien, aire secondaire). 
La vigne peine à développer ses racines, peine à s'alimenter d'un point de vue hydrique et minéral ce qui occasionne un stress favorable à la production de raisin de qualité.
Les caillotes emmagasinent la chaleur du jour et la restituent la nuit sur l'ensemble des raisins. Généralement, les vendanges sont plus précoces sur les caillotes et les vins se font plus vite.
Ce type de calcaire apporte aux vins de la finesse aromatique, un nez complexe et une bouche assez ronde.
 
Revenons aux vendanges.
Les raisins cueillis à la main sont triés par les vendangeurs puis mis délicatement dans des seaux.
DSC00795.JPG

L'équipe de hotteurs était composée de Jojo, Sylvain, Titi, Mickael et Bineux la Trompette.
 Ils ramassaient les seaux et versaient le contenu des hottes dans des bacs.
DSC00787.JPGDSC00794.JPG
DSC00793.JPG
Enfin deux personnes étaient responsables du dernier tri sur la remorque.
DSC00773.JPG
Les bacs sont transportés en tracteur jusqu'au pressoir où Sébastien et Michel les attendaient.
Tout cela entrecoupé de casse-croutes, de bons canons et de super repas (merci à Martine et Mauricette, nos 2 cuisinières).
DSC00801.JPGDSC00770.JPG


Enfin voilà toute une équipe au service de mes beaux raisins !
Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article
15 août 2007 3 15 /08 /août /2007 18:03

Voici une vidéo assez courte d'un film que j'ai vu récemment à Bourges : 

Alerte à Babylone

Il se trouve qu'en visitant l'excellent site des vins naturels j'ai retrouvé un passage du film.
On y voit Claude Bourguignon, ingénieur agronome, biologiste des sols, rescapé de l'INRA qui nous parlent des sols et de l'agriculture intensive.
Claude et sa femme ont crée leur laboratoire agronomique et conseillent  des d'agriculteurs et vignerons dans le monde entier. Simplement à la différence de la majorité de nos ingénieurs agronomes, ils sont partisan d'une agriculture naturelle et extensive.


Cliquez sur le lien :

http://www.koreus.com/video/alerte-babylone.html

Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Divers
commenter cet article
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 16:22

Pour un début on se rappelera de cette année difficile. Il pleut  régulièrement, le mildiou apparait sur le haut du feuillage puis disparait puis réapparait. C'est compliqué !!! 
Alors pendant qu'il pleut le travail dans les vignes reste très limité. Un peu de pioche, un peu de vendange en vert pour détasser le raisin et quelques vignes à rogner. J'en profite pour habiller ma cave qui va recevoir prochainement ce jus de raisin tant attendu.
Et puis il m'arrive aussi de bouquiner.

Je viens de terminer un excellent livre que je recommande vivement aux curieux : 

Pesticides révélations sur un scandale français 

de Fabrice Nicolino et François Veillerette 
éditions Fayard

"C'est un sujet qui peut nous paraître lointain et pourtant il nous concerne tous. Car les pesticides sont partout, jusque dans la rosée du matin. Et dans la pluis des villes, bien sûr, de toutes les villes de France.

Pour cette raison et quelques autres que vous apprendrez, les conséquences sanitaires de l'exposition aux pesticides sont d'ores et déjà massives. Des centaines d'études, à l'échelle internationale, montrent que ces produits de la chimie de synthèse agissent, même à des doses infinitésimales, sur notre équilibre le plus intime. Le cordon ombilical du foetus, le système endocrinien, la fabrication du sperme sont atteints. Les cancers et les maladies neurologiques se multiplient."

Voici juste un extrait du résumé de la dernière de couverture.


Et pour les gens qui veulent aller encore plus loin, j'ai trouvé un excellent article sur le site d'un collègue Bourguignon Erik Martin :
http://www.equipages-en-bourgogne.com/images/.Conf_rencedeKeesVanLeeuwen.pdf

Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Divers
commenter cet article
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 18:16
Les vignes sont belles à cette période de l'année. Les accolages-relevages des fils sont terminés maintenant. Ils se sont déroulés dans une bonne ambiance avec Nicolas et Michel.

Après 200 mm de pluie et deux orages de grêle, elles sont contentes de revoir le soleil. Nous aussi d'ailleurs !
Alors après une application de valériane (la valériane joue un rôle anti-stress sur la plante), un rognage (action de couper le bourgeon terminal du rameau herbacé en vue d'orienter la plante vers son cycle reproducteur : les fruits),  je passe mes journées à biner les sols.

 La lune est descendante depuis jeudi dernier, l'herbe a beaucoup poussé ces derniers temps et il me faut la maitriser. C'est plus simple pour couper les raisins pendant les vendanges ! J'utilise mon tracteur attelé avec une paire de bineuse et c'est parti pour des heures de tracteur mais je vous avoue que lorsque j'en ai marre de tout ce bruit, j'appelle mon copain Sébastien (vigneron à Sancerre), je passe au pré chercher Diva et la..., la c'est le pied. Diva c'est ma petite jument de 14 ans qui est douce et qui aime tirer une charge. Alors de temps en temps elle vient dans les vignes nous donner un petit coup de main. 
C'est sûr, c'est physique pour Diva et pour nous mais c'est très agréable, on sent la bonne odeur de la terre remuée par la houe, on voit les herbes tomber après le passage de l'outils, on observe aussi les dégats de tassement du tracteur.... d'ailleurs la jument nous le fait bien savoir !!!

DSCF0009.JPG

Il me reste maintenant à fignoler ce travail seul, avec ma pioche, à couper les liserons qui montent dans les souches, à couper quelques racines de vignes qui évoluent à la surface du sol. 

Au fait, les vendanges approchent, je pense qu'elles seront précoces et s'il vous vient des envies de participer à la récolte des raisins, de rigoler avec toute l'équipe de vendangeurs, de profiter des petits gueule-tons,  n'hésitez pas à me le signaler, vous êtes les bienvenus !
Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 10:58
Travailler avec les principes de culture bio-dynamique imposent aux vignerons de pulvériser au moins deux préparations bio-dynamiques différentes : 
- la bouse de corne appelée 500 ou 500 Préparée (lorsqu'elle est ensemencée des six préparations habituellement destinées au compost bio-dynamique)
- la silice de corne appelée 501

On doit préférentiellement appliquer en premier la 500 destinée au sol puis la 501 destinée au végétal en lui-même.

La préparation bouse de corne est obtenue par la fermentation dans le sol durant la période hivernale, de bouse de vache de bonne qualité qui a été introduite dans des cornes de vaches.
Elle doit être humide, de nature colloïdale, de couleur brun-noir, sans odeur ou avec une légére odeur humique de sous-bois.


DSCF0001.JPG

Cette préparation s'adresse au sol et aux racines de la vigne :

- c'est un puissant édificateur de la structure du sol
- elle favorise l'activité microbienne et la formation d'humus
- elle stimule la germination des graines, la croissance générale du système racinaire et particulièrement son développement verticale vers la profondeur
- elle aide à la dissolution des formations minérales dans les sols, même en profondeur (alios), et peut aider à lutter contre les phénomènes de salinisation.


Avec Sébastien, nous avons choisit d'apporter au sol de la 500 Préparée.



Pour appliquer dans de bonne condition la 500 ou 500 P, on se doit de l'appliquer en soirée, sur un sol chaud et humide et après une dynamisation d'une heure. 

La dynamisation consiste à émulsionner la préparation par un mouvement rotatif, la force centrifuge fait monter le liquide sur la paroi du récipient tandis que la force centripète creuse un entonnoir au centre du vortex. En changeant de sens tout doit s'inverser.
La dynamisation génère donc un mouvement et une forme, mais également l'oxygénation indispensable à la multiplication de la vie. Le renversement de ces surfaces consécutif au changement de sens amène la "mémoire du produit dans l'eau".

Pour vous éclairer un peu plus, vous pouvez consulter ces 2 vidéos :

Je commence à dynamiser  puis Sébastien prend le relais (il est le bienvenu !!!)

 

 

Sébastien Riffault, artisan-vigneron à Sancerre, en pleine action...

 



Nous avons réalisé ensemble ces applications sur nos domaines respectifs dans d'excellentes conditions cette année, en jour fruit ou racine. Pour ce faire, nous utilisons une pompe à dos en cuivre. La pression d'application est inférieur à 1 bar et le volume de bouse de corne par hectare est de 35 litres.

Dans quelques jours maintenant nous procéderons à l'application de la 501 nécessaire à la plante compte-tenu des conditions météorologiques des trois dernières semaines. Températures fraiches, pluies et quelquefois grêle composent  chaque soir notre quotidien. La pression parasitaire est importante, une application de 501 peut aider la plante à passer cette mauvaise période en complément d'une application de tisane de prêle et de valériane.

La suite, prochainement.......

Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 11:29
DSCF0020.JPG

J'ai terminé hier deux opérations qui me semblent très importantes au cours de l'année : l'ébourgeonnage et l'épamprage.

En quoi cela consiste ?

L'ébourgeonnage et l'épamprage consistent à supprimer tous les jeunes rameaux herbacés inutiles poussant sur le tronc (épamprage) et le coeur de la souche (ébourgeonnage) en vue de rechercher les effets suivants :
- éliminer des organes végétatifs fructifères ou non
- aérer la souche pour limiter des risques de développement de champignons cryptogamiques 
- limiter les risques de contaminations primaires de mildiou (les pampres contenues sur la base du cep de vigne servent de relais au mildiou en provenance du sol et contaminent  la souche puis les souches voisines)
- préparer les prochaines opérations de taille d'hiver

Dans certains cas, il me semble intéressant de laisser une pampre à la base du pied de vigne en vue de régénérer le cep de vigne lors de la prochaine campagne de taille. 

Quand et comment ?

Traditionnellement, l'épamprage et l'ébourgeonnage sont effectués à la main. Certains utilisent des gouzottes (petite serpette en forme de crosse très coupante) d'autres utilisent des sécateurs. Pour ma part, je trouve le travail plus facile et plus minutieux avec mes mains. Ces travaux sont réalisés entre le débourrement de la vigne et la floraison en une (ou deux) fois sur des pampres herbacés, faciles à détacher, avant le durcissement de la base du rameau. Réalisé trop tôt, il faut repasser pour supprimer les pousses tardives et réaliser trop tard, le travail est  plus mutilant pour la vigne, plus diificile et plus long.

DSCF0011.JPG

Et après ?

Les rameaux herbacés de la vigne s'allongent et suivent alors les travaux de relevage des fils et palissage de la végétation. Je vous en reparlerai un peu plus tard !
Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article