Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d' Alexandre BAIN vigneron à Pouilly Fumé
  • : L'ensemble de notre vignoble est cultivé selon la méthode biologique et biodynamique. Les terroirs les plus fragiles sont labourés à l'aide de notre cheval de trait percheron. Tous nos raisins sont cueillis à la main et à bonne maturité. Nous poursuivons ce travail de respect de l'environnement au chai en travaillant essentiellement avec du jus de raisin fermenté sans l'ajout de produit oenologique. Nous obtenons des vins natures, authentiques, sains et digestes pour le dégustateur.
  • Contact

Recherche

Archives

7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 11:29
DSCF0020.JPG

J'ai terminé hier deux opérations qui me semblent très importantes au cours de l'année : l'ébourgeonnage et l'épamprage.

En quoi cela consiste ?

L'ébourgeonnage et l'épamprage consistent à supprimer tous les jeunes rameaux herbacés inutiles poussant sur le tronc (épamprage) et le coeur de la souche (ébourgeonnage) en vue de rechercher les effets suivants :
- éliminer des organes végétatifs fructifères ou non
- aérer la souche pour limiter des risques de développement de champignons cryptogamiques 
- limiter les risques de contaminations primaires de mildiou (les pampres contenues sur la base du cep de vigne servent de relais au mildiou en provenance du sol et contaminent  la souche puis les souches voisines)
- préparer les prochaines opérations de taille d'hiver

Dans certains cas, il me semble intéressant de laisser une pampre à la base du pied de vigne en vue de régénérer le cep de vigne lors de la prochaine campagne de taille. 

Quand et comment ?

Traditionnellement, l'épamprage et l'ébourgeonnage sont effectués à la main. Certains utilisent des gouzottes (petite serpette en forme de crosse très coupante) d'autres utilisent des sécateurs. Pour ma part, je trouve le travail plus facile et plus minutieux avec mes mains. Ces travaux sont réalisés entre le débourrement de la vigne et la floraison en une (ou deux) fois sur des pampres herbacés, faciles à détacher, avant le durcissement de la base du rameau. Réalisé trop tôt, il faut repasser pour supprimer les pousses tardives et réaliser trop tard, le travail est  plus mutilant pour la vigne, plus diificile et plus long.

DSCF0011.JPG

Et après ?

Les rameaux herbacés de la vigne s'allongent et suivent alors les travaux de relevage des fils et palissage de la végétation. Je vous en reparlerai un peu plus tard !
Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 08:14

DSCF0021.JPG
LE CHOIX DE LA QUALITE

L'essentiel pour qu'un vin soit de bonne qualité est de respecter l'environnement de la vigne, afin que celui-ci exprime au mieux sa spécificité en fonction du lieu d'origine et du cépage.

L'agriculture biologique et biodynamique répond à toutes ces exigences. Le sol est un organisme vivant et de son équilibre dépend la bonne santé de la vigne. En favorisant l'ensemble des processus biologiques, par un travail du sol adapté et une fertilisation organique, on permet une croissance saine de la plante et une vie microbienne active.

 

EN QUOI CONSISTE L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET BIODYNAMIQUE

C'est avant tout une démarche qui s'appuie sur le respect de l'équilibre naturel. Pour ce faire, l'attention est portée sur le sol "nourrice" de la vigne, puis sur la plante elle-même. L'apport de composts biodynamiques (différents fumiers de polygastriques mis en tas et ensemencés des  préparations biodynamiques 502 à 507) est réalisé après observation durant la croissance de la vigne (état du feuillage, croissance des rameaux, vigueur), de ses "maladies" et de la dominante de certaines plantes bio-indicatrices qui permettent de faire un diagnostic sur l'état du sol. Une préparation biodynamique appelée 500 (corne de bouse) est appliquée sur le sol (2 fois par an) et s'adresse directement au sol et aux racines de la vigne. Chacune de ces interventions est réalisée de préférence en lune descendante (automne lunaire).

Parallèlement aux apports au sol, la vigne elle-même est l'objet de soins tout au long de l'année. La préparation biodynamique dite 501 (silice de corne) s'adresse directement au système aérien de la plante (on choisira de préférence un jour lorsque la lune est ascendante). Contre les maladies et les parasites, des mesures préventives et la recherche d'un environnement favorable aux auxiliaires (prédateurs naturels des parasites de la plante) sont préférés. Contre les cryptogames sont utilisés des tisanes de plantes, du soufre, de l'argile et de la bouillie bordelaise en quantités limitées. Dans le cas d'invasion, des moyens de lutte biologique sont mis en place : par exemple, le ver de la grappe peut être combattu par une préparation de bactéries (Baccillius thurrengiensis).                                     

Repost 0
Published by Alexandre BAIN - dans Vigne et Vin
commenter cet article